Prof. Christophe Girot | Architecture du paysage

La dimension acoustique de l’architecture du paysage. Étude sur la perception et l’implémentation de l’acoustique du paysage.

Les impressions auditives exercent un réel impact sur la perception et l’évaluation de leur environnement par les personnes. Le frémissement des feuilles, le clapotis de la pluie ou bien les voix d’enfants à la sortie de l’école jouent un rôle important dans l’expérience esthétique et spatiale de ce que nous appelons « paysage ». Dans la pratique courante de la conception, les aspects auditifs ne sont pourtant considérés que lorsque le « bruit » est présent. Cette attitude défensive vis-à-vis de l’environnement acoustique se manifeste dans des « mesures de contrôle » correspondantes telles que les murs antibruit. Cet effet démontre pourtant, d’un point de vue aussi bien visuel et acoustique, une approche technique unilatérale qui traite l’environnement acoustique comme un problème isolé – en bref, une absence de lien entre paysage, conception et acoustique.

Bien avant l’entrée en vigueur en Suisse au milieu des années 1990 de la première loi de protection contre le bruit, des compositeurs, sociologues et urbanistes des États-Unis, du Canada et de France ont plaidé en faveur d’une attitude ouverte vis-à-vis de l’environnement auditif, appliquant le terme de « soundscape » (paysage sonore) à l’étude et à la compréhension des sons comme un tout et en tenant compte de leur caractère émotionnel. Jusqu’à présent a été développé un vaste champ de recherches où le concept de soundscape est considéré comme un changement de paradigme dans l’approche de l’environnement acoustique. Une importante contradiction persiste toutefois entre l’examen théorique de l’environnement sonore qui décrit des bruits et des sons « sans biais » et la réalité des mesures structurelles. Cette thèse espère par conséquent contribuer à combler ce fossé en unifiant les qualités sonores au moyen de concepts spatiaux de conception architecturale du paysage.

La thèse propose une structure de recherche tripartite qui examine la relation réciproque entre des structures sonores-spatiales et la perception humaine à partir de la perspective de la conception architecturale du paysage : théoriquement, analytiquement, puis orienté conception.

Au cours de la première étape, des modèles de perception auditive provenant de différentes disciplines seront analysés au regard de leur importance pour la conception architecturale du paysage. La détermination des relations pertinentes entre l’acoustique de la musique – la plus ancienne branche de civilisation de la science sonore – joue ici un rôle important. Cet examen constitue la base de méthodes analytiques à développer pour des études de cas dans la seconde partie de la thèse : l’examen et la présentation de la fonction sonore à travers des exemples historiques et contemporains révèlent le potentiel conceptuel de la dimension acoustique dans le contexte complexe d’un espace actuel conçu.

La combinaison d’aperçus dérivés de la première des deux parties de l’étude enrichira le développement de techniques originales pour les caractéristiques esthétiques et spatiales de la conception acoustique du paysage. La vérification et la validation d’hypothèses basées sur leur traduction matérielle en prototypes, qui permet l’expérience sensorielle, constitue la fondation de leur application dans la future pratique architecturale du paysage.

 

Contact

Nadine Schütz

Évaluateur

Prof. Christophe Girot

Financement

Projet soutenu par la Fondation nationale suisse pour la science, NSF

Durée

2013 – 2017

Statut

Thèse de doctorat en cours