Image 1, Sabine Wolf

Prof. Christophe Girot | Architecture du paysage

Imagination esthétisée du réel

Constructions de paysage urbain dans les films de fiction et leur implication dans la pratique créative

L’étude transdisciplinaire traite des constructions de paysage urbain dans les films de fiction et de leur implication dans la pratique créative. Elle définit le paysage urbain comme une construction culturelle variable qui consiste en des états de fait physico-spatiaux de ce que l’on appelle le paysage cultivé dans le sens le plus large du terme, et des aspects immatériels imaginaires de la perception et de la mémoire collective.

Pour la représentation médiatique du paysage, les médias audiovisuels les plus divers de toutes les époques ont été exploités. Ils documentaient une réalité physique extérieure du paysage, ou bien illustraient des idées abstraites et des représentations immatérielles. Le paysage physique, particulièrement le paysage urbain contemporain, présente un degré de complexité accru qui ne se laisse plus vraiment représenter par une image statique. La prise en compte réciproque du paysage urbain et du film de fiction comme constructions culturelles ouvre un espace pour une relation élargie de la perception et de l’image. Le film de fiction est un média de divertissement touchant un large public qui, avec les avantages de la mémoire collective et les possibilités techniques offertes par l’image animée, permet un haut degré de simulation sur le plan de la théorie de l’image et produit un espace fictionnel et médiatique correspondant. De telles narrations médiatiques fictives se rapportent non seulement, d’un point de vue audiovisuel, à l’environnement physique comme les espaces urbains et les paysages, mais ils s’inscrivent aussi dans les habitudes de perception du spectateur et génèrent une vision filmique qui peut fonder une nouvelle compréhension du paysage urbain.

En abordant de façon narrative le paysage urbain, le film de fiction établit des liaisons entre des lieux et des histoires. Grâce au récit filmique, les films de fiction peuvent ainsi faire quelque chose de particulier d’un lieu réel a priori non spectaculaire. Le film de fiction parvient à charger des lieux de signification qui se conserve au-delà de l’œuvre artistique. La vision filmique peut de cette manière aussi générer des images pour des lieux auparavant peu thématisés, en limite de la perception sociale, et contribuer ainsi à un sentiment d’identification. La représentation de l’espace urbain dans le film de fiction s’avère ainsi être un instrument de connaissance pour la pratique conceptuelle et plastique.

Image 1, Sabine Wolf
Image 1, Sabine Wolf
Girot: Imagination esthétisée du réel.
Girot: Imagination esthétisée du réel.
Girot: Imagination esthétisée du réel.

 

Contact

Sabine Wolf

Direction

Prof. Christophe Girot

Codirectrice

Prof. Dr Susanne Hauser (Berlin)

Statut

Projet de recherche achevé par Sabine Wolf