La centrale hydro-électrique de Naharayim, 2017, © Ben Gitai, ETH Zürich

Prof. Christophe Girot | Architecture du paysage

Cartographie du pouvoir: transformation du paysage dans la vallée du Jourdain

L’interaction entre trois variables – territoire, cartographie et terrain – explique l’évolution du paysage dans le territoire de Naharayim / el Baqura au cours des dernières 150 années. Cette interaction est étudiée au cours de trois périodes historiques, le passage du nomadisme à la sédentarité: l’époque ottomane (1858-1917), le mandat britannique (1918-1948) et l’époque de l’indépendance (1948-1994). Selon une approche hybride et interdisciplinaire à l’interface entre histoire, architecture du paysage et géopolitique, ce travail analyse en profondeur les trois variables de chaque période et leur relation au pouvoir.

Le travail adopte une approche à plusieurs échelles pour expliquer les processus de transformation du paysage au niveau d’un lieu géographique spécifique et au cours d’une période définie. L’étude de cas concerne Naharayim et la période s’étend de 1858 jusqu’au début de 20ème siècle. Le travail multidisciplinaire prend en compte l’histoire, la géographie, la géopolitique et l’architecture du paysage. La méthodologie primaire est de type qualitatif et s’appuie sur trois méthodes: entretiens personnels, analyse d’études de cas et observation qualitative. Un cadre conceptionnel pour les données est mis à disposition sous la forme d’un modèle triangulaire descriptif à partir des trois éléments territoire, cartographie et terrain. Ce modèle sert à représenter les conséquences des activités humaines sur le paysage physique à Naharayim au cours de la période en question.

Cette étude restitue l’évolution technique de la mesure et de la représentation cartographique du paysage; elle analyse parallèlement l’interaction entre ces évolutions et l’environnement. La cartographie comme chronologie technique et scientifique a été examinée au cours des dernières 150 années pour illustrer l’évolution du paysage dans la zone de Naharayim. La pratique du rassemblement et de la comparaison entre cartes au cours d’une période donnée est appelée chronomapping: une méthode qui a permis d’établir un atlas chronologique de la zone de Naharayim. Dans la littérature cartographique spécialisée, la plupart des recherches sur la propriété du sol et les titres de propriété foncière se concentrent sur l’établissement de cartes frontalières par les propriétaires fonciers d’après les aspects physiques, politiques, écologiques et culturels des trois périodes historiques.

Dans le cadre de cette recherche, des cartes militaires et d’infrastructures de l’époque classique jusqu’à l’époque moderne sont analysées. Une attention particulière est à cet égard portée aussi bien aux grandes cartes topographiques qu’aux détails microtopographiques du territoire afin de comprendre les conséquences de la cartographie à grande échelle du territoire sur le paysage local. Chaque période est observée à travers le prisme des activités humaines comme l’hydrologie, l’agriculture, le développement des infrastructures et les lignes frontalières qui toutes contribuent à la formation du paysage local. Lors de l’évaluation des modifications de ce territoire, sont analysées de façon chronographique les cartes indiquant les différentes caractéristiques paysagères qui se sont manifestées à cet endroit entre la fin du 19ème siècle et le 21ème siècle.

Des méthodes d’analyse scientifique sur place sont également utilisées dans ce but – mesures inclusives, plans de paysages et cartes – pour transmettre une compréhension détaillée de leur interaction avec l’environnement. Cette méthode analyse le paysage physique au moyen de scanners laser Lidar terrestres et de techniques de modélisation mises au point au laboratoire ETH de visualisation et de modélisation du paysage (LVML) du professeur Christophe Girot. L’étude de champ est menée depuis 2015 par le département d’architecture de l’ETH Zurich, en collaboration avec le département d’ingénierie de la construction au Technion de Haifa.

L’analyse des différentes techniques de cartographie permettra une compréhension approfondie de la façon dont la cartographie a été utilisée comme médium, formée et modifiée par le paysage. L’évaluation de l’évolution technique des pratiques cartographiques montrera dans quelle mesure la connaissance humaine et l’évolution de la cartographie ont été des facteurs essentiels pour la transformation du système naturel dynamique du paysage physique de ce lieu.

Dissertation

Dr. Ben Gitai

Superviseur

Prof. Christophe Girot

Durée du projet

2017 – 2022